Troisième édition du prix pour l'agro biodiversité 2015

La Fondation du patrimoine a remis son prix pour l'Agro-biodiversité animale à trois lauréats cette année, au salon de l'Agriculture en présence de François-Xavier Bieuville, directeur général de la Fondation et Arnaud Bourgeois, vice-président de Ceva...

Fondation du Patrimoine

Gilles Delas, éleveur de vaches béarnaises (1er lauréat), l'Association pour la Sauvegarde du Porc Gascon (2ème lauréat) et le Conservatoire des races d'Aquitaine pour le poney landais (3ème lauréat) se sont ainsi réunis sur le stand de  l'Institut de l'élevage pour recevoir leur prix. Celui-ci permettra de valoriser et d'appuyer leur action de préservation de races agricoles domestiques à faible effectif.

Le groupe Ceva affirme sa volonté de soutenir différents modèles de production ainsi que les races locales afin de prendre en compte la durabilité des systèmes et protéger la biodiversité. C’est dans cet esprit que Ceva et la Fondation du patrimoine ont créé, il y a deux ans, un Prix national pour l’agro-biodiversité animale. Il vise à soutenir et développer les actions participant à la préservation de races ou variétés rustiques, anciennes, à petits effectifs, reconnues dans le monde de l’agriculture et dont le patrimoine génétique se trouve aujourd’hui menacé. Tous les ans sont récompensés éleveurs ou associations œuvrant à ces objectifs.

Pour la Fondation du patrimoine, la biodiversité domestique est aujourd’hui un des vecteurs essentiels d’union entre l’homme et son environnement. Parce que ce monde domestique a été façonné par lui et a vécu depuis toujours à ses côtés, il est devenu une part indissociable de notre patrimoine culturel commun. C’est souvent autour de ce patrimoine domestique que s’est édifié le bâti que l’on connaît aujourd’hui dans nos espaces ruraux. Mais à la différence du patrimoine bâti qui peut souvent être reconstruit à l’identique, une race animale délaissée finit irrémédiablement par disparaitre, et avec elle ses aptitudes génétiques, souvent précieuses en terme de robustesse et d’adaptation à des milieux naturels spécifiques. 

-----------------------------------------

Plus d'informations sur les lauréats du Prix de la Fondation du patrimoine
► 1er prix
Décerné à Gilles Delas, éleveur de vaches béarnaises, installé à Herrère (Pyrénées-Atlantiques).

Le jury a souligné le danger de disparition du patrimoine génétique de cette race à l’effectif fragile : les 300 000 bêtes recensées au début du 20e siècle se réduisent à 250 aujourd’hui. Cette espèce doit être préservée pour son rôle important dans la conservation de certains milieux naturels.

Le jeune éleveur motivé et passionné entend pérenniser cette race par son projet de revalorisation et de promotion de la viande, et plus particulièrement pour celle du veau de lait élevé au pis, qui possède de grandes qualités gustatives.

► 2ème prix
Décerné à l’Association nationale de sauvegarde du porc gascon (Pyrénées-Atlantiques).

Le jury a relevé l’urgence de la préservation génétique de cet animal. Le projet de l’association symbolise l’espoir de la création nouvelle d’une filière de grande qualité, qui pourrait avoir un effet d’entraînement vis-à-vis d’autres races. Il est centré autour des enjeux de prophylaxie et de variabilité génétique, indispensables à la pérennité de la race gasconne.

► 3ème prix
Décerné au Conservatoire des Races d’Aquitaine pour son projet de sauvegarde, valorisation et développement du poney landais (Gironde).

Le jury a retenu qu’il s’agit d’une race très ancienne, la dernière race de poney français de souche. Elle est fortement menacée du fait de la perte de variabilité génétique liée à la faible mise à la reproduction des juments. L’enjeu de la diversité génétique est prépondérant au sein des 41 élevages de poney landais recensés en France.

Retour haut de page