Les usages possibles de la télémédecine vétérinaire

Les différents usages possibles sont bien entendu dépendant des filières vétérinaires dans les-quelles la télémédecine vétérinaire sera employée.

Auteur : Grégory Santaner, docteur vétérinaire fondateur et gérant de VetoNetwork

Bien que le décret relatif à l'expérimentation de la télémédecine par les vétérinaires présente cinq actes spécifiques, la téléconsultation vétérinaire, qui est une consultation à distance en temps réel sur animal déjà suivi par l’établissement vétérinaire (Cf. Newsletter n°1 pour les définitions), est probablement l’acte qui sera pratiqué par le plus grand nombre de vétérinaires. 

Usages en médecine des animaux de compagnie

 Pour les animaux de compagnie, les téléconsultations pour des motifs visuellement évaluables sont les plus faciles à mettre en œuvre :

  • Suivi d’intervention chirurgicale qui permet une observation de la cicatrice et des questions sur l’état de la plaie ;
  • Consultation initiale de dermatologie pour des éléments simples à évaluer en première intention ;
  • Consultation initiale ou suivi de boiterie après un traitement initial.

Les consultations de suivi sur des pathologies chroniques sont également de bonnes occasions de pratiquer la téléconsultation vétérinaire pour les animaux de compagnie :

  • surveillance de chien insuffisant cardiaque qui permet d’évaluer le comportement à l’effort, un éventuel essoufflement ou même de calculer la fréquence respiratoire de l’animal ;
  • consultation de suivi pour un chat atteinte de maladie rénale chronique qui permet, sans stresser l’animal, d’évaluer l’appétit, le poids, la quantité d’eau bue et de faire un point sur les traitements en cours ;
  • suivi comportemental pour évaluer les attitudes de l’animal et des propriétaires dans leur environnement.

Les animaux les plus stressés et en particulier les chats sont souvent de bons candidats pour réaliser des téléconsultations vétérinaires dans les indications mentionnées ci-dessus.

Témoignage sur de premiers usages en télémédecine vétérinaire

Hortense Gueugnier

Nous avons débuté la télémédecine vétérinaire pour limiter le déplacement des propriétaires connus et dont les animaux étaient suivis à la clinique dans le contexte du coronavirus.

Les visites préopératoires et les suivis des plaies ou des abcès ont constitué l’essentiel de ces actes de télémédecine vétérinaire.

Techniquement, nous avons utilisé un outil dédié. La prise en main était assez simple. Les difficultés rencontrées étaient surtout à gérer côté client, dues soit à une connexion insuffisante, soit à la capacité variable du client à filmer correctement les lésions.

Cela nous a également obligé à faire attention à certaines choses comme l'éclairage ou l'arrière-plan de notre téléconsultation. Il est aussi parfois nécessaire de modifier légèrement nos protocoles (la pesée, l'auscultation et la palpation lors des visites préopératoires sont décalées le jour de l'intervention).

Pour moi, à l'avenir, ces actes de télémédecine sont particulièrement indiqués pour les animaux stressés (en particulier les chats) ou les propriétaires manquant de temps qui évitent ainsi un aller/retour à la clinique. Les premiers clients qui ont testé ont trouvé cela plus satisfaisants et ont bien aimé le côté moderne et technologique.

Côté pratique, il serait vraiment utile que la télémédecine soit totalement intégrée au logiciel vétérinaire. L'idéal serait d'avoir un simple bouton sur la fiche de l'animal pour lancer la téléconsultation afin d'avoir toutes les infos médicales sous la main et compléter la fiche ou faire les devis en direct pendant la visite.

Finalement, la télémédecine vétérinaire est un outil de plus pour notre pratique vétérinaire. Elle permet de suivre, de consulter ou trier les consultations depuis n'importe où ; quitte à faire venir ensuite à la clinique si nécessaire (un peu comme quand nous faisons, ponctuellement, lors des consultations à domicile). 

Usages en médecine des animaux d'élevage

Il est important de rappeler que les téléconsultations vétérinaires sur les animaux d’élevage ne peuvent se réaliser que dans le cadre du suivi sanitaire permanent (SSP) avec un bilan sanitaire d’élevage et un protocole de soins établis par le vétérinaire traitant.

On peut distinguer des usages pour la médecine individuelle au sein d’un troupeau. Par exemple sur un bovin au sein d’un troupeau pour des situations parfois similaires :

  • Téléconsultation pour une vache avec problème mammaire sur une vache abattue en hyperthermie qui permet d’observer un quartier gonflé, dur et douloureux et une sécrétion lactée avec un aspect séreux jaunâtre. Cette téléconsultation permet de confirmer la nécessité d’une visite du vétérinaire traitant dans l’élevage.
  • Téléconsultation pour une vache avec un problème mammaire. La téléconsultation permet d’observer une vache vigile normotherme avec un quartier mammaire légèrement gonflé, non douloureux, et une sécrétion légèrement modifiée avec quelques grumeaux. La téléconsultation permet le diagnostic et la prescription d’un traitement dans le cadre du protocole de soins mammites compris dans le cadre du bilan sanitaire d’élevage sans nécessiter le déplacement du vétérinaire.

Il existe également des utilisations de la téléconsultation pour de la médecine de troupeaux ou de lots dans le cadre du suivi sanitaire permanent. Par exemple sur un lot de porcs de 50 kg en engraissement avec un film et des photos de diarrhées gris foncé transmises par l’éleveur qui signale l’apparition de porcs blancs mais pas de mortalité ni de baisse d’appétit. Un diagnostic de Lawsonia intracellularis a été fait par PCR sur matière fécale trois semaines auparavant. La téléconsultation permet un diagnostic et une prescription dans le respect du protocole de soins diarrhées grises rédigées dans le bilan sanitaire d’élevage.

Usages en médecine équine

Les motifs de téléconsultation vétérinaire en pratique équine se rapproche de ce qui peut exister pour la médecine des animaux de compagnie. Ainsi, il est possible de :

  • suivre la boiterie d’un cheval en vue d’adapter le traitement ;
  • réaliser du suivi post-chirurgical pour apprécier l’état de la plaie lors d’un changement de pansement ;
  • suivre un traitement d’électro-chimiothérapie de sarcoïdes afin de prévoir le moment optimum pour la prochaine séance de traitement.

Une redécouverte du colisage

Le décret relatif à l'expérimentation de la télémédecine par les vétérinaires précise que la prescription est autorisée à la suite d’une téléconsultation vétérinaire sauf pour les antibiotiques critiques.

Ainsi, à la suite d’une téléconsultation, il est tout à fait possible de pratiquer le colisage qui est une des trois solutions possibles pour organiser la délivrance de traitements à la suite d’un diagnostic et une prescription réalisée par téléconsultation vétérinaire.

Il est donc possible, à la suite de cette téléconsultation vétérinaire de :

  • envoyer l’ordonnance seule par voie postale ou par voie électronique s’il s’agit d’une ordonnance sécurisée informatiquement
  • laisser à disposition l’ordonnance et les médicaments prescrits dans l’établissement vétérinaire pour que le propriétaire de l’animal vienne les récupérer
  • envoyer au propriétaire de l’animale l’ordonnance et les médicaments avec un colis scellé opaque. Cela doit se faire dans les dix jours suivant la prescription rédigée à la suite de la téléconsultation vétérinaire.

 

Solutions pour la délivrance à l'issue d'une téléconsultation vétérinaire

 

Solutions pour la délivrance à l’issue d’une téléconsultation vétérinaire

Source : Site Internet de l’Ordre National des Vétérinaires

 

Les occasions de réaliser des actes de téléconsultation vétérinaire sont donc nombreuses en gardant à l’esprit que cela soit de dérouler en temps réel (ce qui exclu le simple échange de clichés par courriel avec réponses asynchrones). Il est également important de déclarer chaque cas à son Conseil Régional Ordinal pour participer à la collecte d’informations qui sera utile durant cette phase d’expérimentation de la télémédecine vétérinaire.

Grégory Santaner

Retour haut de page