Faites vos premiers pas en télémédecine. Comment se lancer ?

Nous avons presque tous, surtout en ces périodes de télétravail, pu expérimenter des réunions en vidéos ces derniers mois.

Auteur : Grégory Santaner

Nous avons presque tous, surtout en ces périodes de télétravail, pu expérimenter des réunions en vidéos ces derniers mois. On pourrait alors penser qu’il suffit d’ouvrir un canal vidéo pour pouvoir simplement réaliser une téléconsultation vétérinaire. Dans les faits, cela demande un peu plus de préparation que cela.

En faire un projet d’équipe

Deux personnes, c’est déjà une équipe ! Et un établissement vétérinaire moyen avec deux vétérinaires et deux ASV, c’est une équipe qui mérite de bien préparer la mise en place de la télémédecine. En effet, il faut se préparer techniquement, remplir les conditions ordinales pour déclarer son établissement puis entraîner son équipe, vétérinaire comme ASV, à évoquer la télémédecine vétérinaire avec les clients.

L’objectif est que chacun puisse participer à la mise en place de ce projet pour que le jour du déploiement de l’offre télémédecine les éléments de communication soit clairs pour toute l’équipe. L’offre sera alors claire pour les clients.

Pour ce qui concerne les conditions ordinales, un des vétérinaires de votre établissement doit déclarer la volonté de pratiquer la télémédecine auprès de Conseil Régional Ordinal et préciser le nom des praticiens qui vont exercer la télémédecine au sein du domicile professionnel d’exercice (DPE).

Se préparer techniquement

Qui dit télémédecine, dit émission et réception de flux vidéo par le biais d’Internet. Cela signifie que votre matériel et la qualité de votre connexion doivent être évalués. La plupart des prestataires offrant la télémédecine seront en mesure de vous informer sur les spécifications minimales pour pouvoir utiliser correctement les outils de télémédecine (Cf.Figure 1)

 

flux vidéo et dispositif pour mettre en place la télémédecine vétéinaire

 

Figure 1- flux vidéo et dispositif pour mettre en place la télémédecine vétérinaire

Source : Livre Blanc sur la télémédecine vétérinaire – Vet IN Tech

 

Ces tests techniques seront aussi l’occasion de réfléchir au lieu où va se dérouler la télémédecine. Pouvez-vous disposer d’un ordinateur avec une webcam, un micro et des haut-parleurs en consultation ? Ou est-il préférable d’installer le poste informatique servant à la télémédecine dans un endroit plus calme et avec un arrière-plan discret et bien organisé. En effet, les téléconsultations sont aussi une façon de d’inviter votre interlocuteur dans un espace via votre écran.

S’entraîner et débuter simplement

Une fois que votre équipe a validé la volonté de mettre en place la télémédecine et que les aspects techniques et logistiques ont été géré, vient le temps de l’entraînement. En effet, la prise en main concrète de ces nouveaux outils nécessite un entraînement.

La première phase de cet entraînement peut se faire au sein de l’équipe. Un membre de l’équipe de l’équipe à chaque bout de la téléconsultation permet, tour à tour, de se mettre dans la peau du vétérinaire et du propriétaire pour bien comprendre le fonctionnement de l’outil.

Une seconde phase d’entraînement peut se dérouler avec des clients amis ou des amis clients qui pourront faire de parfaits premiers testeurs de votre nouvelle offre de télémédecine.

Une fois l’entraînement effectué, il faut choisir des actes simples et faciles à réaliser en téléconsultation pour vos premiers pas. Les contrôles de suivi post chirurgie de convenance sont probablement le meilleur moyen pour faire vos premiers pas. En effet, ce sont des actes fréquents et avec des enjeux modérés au niveau clinique car le plus souvent tout se déroule sans complications.

Une fois ces premiers pas effectués sur ces téléconsultations « faciles », il sera toujours temps, petit à petit, de vous lancer dans des téléconsultations plus complexes. Le plus difficile reste de faire les premiers pas qui doivent donc être simples, fréquents et faciles à réaliser.

Retour haut de page