Aspects économiques de la télémédecine

La mise en place d’un nouveau service comme la télémédecine vétérinaire nécessite un temps de réflexion pour définir le positionnement prix de ce service.

Auteur : Grégory Santaner, docteur vétérinaire fondateur et gérant de VetoNetwork

La mise en place d’un nouveau service comme la télémédecine vétérinaire nécessite un temps de réflexion pour définir le positionnement prix de ce nouveau service. Il serait en effet dommage de mettre en place un service innovant qui apporterait moins de valeur à l’entreprise vétérinaire que les pratiques usuelles.

Quelle peut être la valeur du temps de téléconsultation ?

Combien vaut le temps d’un vétérinaire ? Il revient à chacun de répondre à cette question vu la diversité des pratiques vétérinaires. Il est toutefois possible de s’appuyer sur certaines enquêtes qui peuvent donner une idée de la valeur moyenne du temps de travail d’un vétérinaire.

Ainsi, en 2015, la Dépêche Vétérinaire publie (n° 1325) les résultats d’une enquête indiquant que le temps de travail annuel moyen déclaré par une vétérinaire est de 2 224 heures. Une autre enquête réalisée par Kynetec en 2020 évoque un chiffre d’affaire moyen annuel par vétérinaire de 292 000 euros HT. Ces deux éléments permettent de déduire, de manière certes imparfaite mais tout de même significative, qu’un vétérinaire génère en moyenne un chiffre d’affaire d’environ 130 euros HT par heure.

Ce temps est souvent sous-estimé dans la pratique par les vétérinaires eux-mêmes, en effet, qui pourrait affirmer d’emblée que :

  • une demi-heure de temps vétérinaire génère en moyenne un CA de 65 € HT ;
  • un quart d’heure de temps vétérinaire génère en moyenne un CA de 32,5 € HT ;
  • cinq minutes de temps vétérinaire génèrent en moyenne un CA de 10,8 € HT.

Ainsi, lors de la création de vos actes de télémédecine, il est nécessaire d’être vigilant sur le temps nécessaire pour chacun de ces actes et être capable de facturer la réalité de ce temps passé. Ne pas le faire serait le risque de faire de la télémédecine une pratique possiblement moins rentable (même si le chiffre d’affaire n’est pas la marge, ils sont tout de même liés) que les pratiques traditionnelles.

Avoir conscience de la chaîne de valeur en télémédecine vétérinaire

La téléconsultation peut être facturée de différentes façons : à l’acte lors d’une consultation ponctuelle, de manière forfaitaire pour un suivi de maladie de chronique ou même encore dans le cadre d’un forfait de suivi annuel pour un élevage par exemple.

Quelle que soit la situation, il est important d’évaluer correctement le temps passé à exercer la télémédecine et cela implique de bien comprendre la chaîne de valeur lors de la réalisation d’une téléconsultation comme le montre le schéma ci-dessous (Cf. Figure 1).

 

chaîne de valeur de la télémédecine vétérinaire

Figure 1- Chaîne de valeur à considérer pour fixer le prix d’un acte de télémédecine

En effet, il faut intégrer le coût de la mise en œuvre d’un outil professionnel de télémédecine qui est là aussi sujet à variations :

  • pourcentage du prix de la téléconsultation avec souvent un minimum de 2 à 3 € HT ;
  • frais fixes quel que soit le tarif décidé par le vétérinaire.

Le plus souvent, avec les offres actuelles sur le marché, le coût de la mise en œuvre de la télémédecine est d’environ 2 à 3 € HT par téléconsultation.

Mise en œuvre concrète pour définir le prix d’un acte de téléconsultation

Ce type de raisonnement est bien plus simple en médecine des animaux de compagnie. En effet, le parcours relativement linéaire d’une téléconsultation en pratique canine permet de mieux appréhender la définition d’un prix de téléconsultation.

Ainsi, prenons l’exemple d’une téléconsultation de suivi qui se déroule une semaine après une consultation physique initiale de dermatologie.

Si la clinique facture ce suivi par téléconsultation à un prix de 18 € TTC pour le client, cela signifie 15 € HT de CA pour l’établissement vétérinaire auquel on devra retirer 3 € HT de frais divers pour la mise en œuvre de la téléconsultation soit un CA de seulement 12 € HT pour un temps qui est souvent sous-estimé.

En effet, entre la relecture du dossier avant la téléconsultation de suivi puis la téléconsultation en elle-même et enfin une phase de rédaction de rapport (et normalement de déclaration d’acte auprès de votre Conseil Régional Ordinal), on peut estimer qu’il faut entre 10 et 15 minutes pour réaliser cette téléconsultation de suivi.

Cela représente un CA à générer entre 20 et 30 € HT environ auquel il faut ajouter les 3 € HT de frais pour mettre en œuvre la télémédecine. Cela représente un coût pour le client entre 28 et 39 € TTC environ.

En simplifiant, on peut estimer que cette consultation de suivi par télémédecine devrait être facturée au même tarif qu’une consultation (prix moyen d’environ 35 € TTC en France). Cela peut sembler surprenant si on compare au 18 € TTC initiaux mais il faut également prendre en compte les avantages pour le client :

  • diminution du stress de l’animal qui n’a pas à être déplacé ;
  • gain de temps car pas de temps de déplacement ni de temps d’attente pour le client ;
  • économie de carburant en l’absence de déplacement.

Et bien entendu, à ces avantages, il est possible d’ajouter actuellement le respect de la distanciation physique qui peut être fondamentale, en particulier pour les personnes à risques.

Ces éléments pour le client sont générateurs de valeur perçue si on les expose clairement et peut faire accepter un tarif au moins identique si ce n’est supérieur pour la réalisation d’actes de télémédecine. Le plus simple peut être de simplement proposer le choix au client entre une visite de suivi en présentiel et une visite de suivi en téléconsultation avec un surcoût.

Si le positionnement prix des actes de télémédecine est plutôt simple en médecine canine, cela est plus complexe en médecine des animaux d’élevage où la notion de tarification forfaitaire peut avoir du sens. Pour autant, les avantages clients de pratique canine s’applique également en médecine rurale en particulier l’économie possible de frais de déplacement qui augmentent fortement les factures pour les éleveurs. Une téléconsultation initiale ou de suivi peut éviter d’importants frais de déplacement et également le temps passé par le vétérinaire en temps de déplacement.

Retour haut de page